Autres journaux :



dimanche 18 avril 2021 à 06:29

Préserver Mont Saint Vincent et ses alentours poursuit ses rencontres

  Une rencontre constructive avec des vice-présidents de la CUCM



 



 

 

Ce samedi en début d’après-midi, l’association Préserver Mont Saint Vincent et ses alentours tenait une conférence de presse à Mont Saint Vincent en compagnie de plusieurs membres de l’association Collongeoise pour la Protection de l’environnement (ACP).

Les personnes présentes sont revenues sur deux rencontres ayant eu lieu en cette fin de semaine : la première à Montceau-les-Mines à la Communauté Urbaine Le Creusot-Montceau ce vendredi et la deuxième ce samedi matin à la mairie de Mont Saint Vincent.

 

Pour la première rencontre, ce sont plusieurs représentants des deux associations qui ont été reçus par Daniel Meunier, 1er vice-président à la CUCM, Jean-François Jaunet, vice-président en charge de l’environnement et de la gestion des déchets et Jean-Marc Frizot, vice-président en charge de l’eau (et Président du syndicat de la Bourbince et de la Guye).

 

Les représentants des deux associations ont jugé cette rencontre très positive. « Ils vont suivre le dossier avec intérêt et vigilance » ont-ils ajouté au sujet des vice-présidents rencontrés.

Cette vigilance devrait porter sur l’instruction du dossier par les services de la DREAL et le cas échéant l’enquête d’utilité publique.

 

Les vice-présidents devraient « faire en sorte d’être cohérent avec leurs engagements environnementaux » ont-ils poursuivi. Les associations ont mis en avant une forte préoccupation au sujet de l’eau, un sujet effectivement qui avait fait l’objet d’un positionnement clair de la part de la CUCM lors du projet de la mine de fluorine sur le plateau d’Antully.

 

Deux syndicats de l’eau contre le projet d’enfouissement d’amiante à Bourgueil

 

Par ailleurs, les syndicats de la Bourbince et de la Guye se sont tous deux positionnés en votant contre le projet d’enfouissement de déchets et d’amiante dans la carrière de Bourgueil.

A présent, les élus attendent les résultats de l’étude du dossier par les services de la DREAL. Et le Préfet se refuse à répondre aux sollicitations tant que l’avis de la DREAL n’aura pas été rendu.

 

En outre, le PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal) prévoyait sur cette zone de Bourgueil seulement la possibilité d’enfouissement de matières non dangereuses et inertes. Celui-ci ne comporterait aucun élément au sujet de l’enfouissement d’amiante, un élément important dont les services de la DREAL devront tenir compte dans l’étude du dossier.

 

L’un des membres de l’association de Mont Saint Vincent a aussi fait savoir que lors de l’étude du PLUI de la CUCM, personne n’avait évoqué l’amiante à Mont Saint Vincent. Pourtant il semblerait que cela faisait déjà un an qu’une discussion avait eu lieu entre l’entreprise Rougeot et le maire M. Girardon.

 

Des actions poursuivies dans le respect des élus

 

Les associations ont aussi rapporté certains propos des élus rencontrés vendredi à la CUCM, lesquels se seraient dits choqués par les propos tenus par le collectif Comme un poison dans l’eau, les accusant de ne rien faire, pire de donner l’aval au projet d’amiante à Mont Saint Vincent.

 

L’ACP de Collonge-en-Charollais et Préserver Mont Saint Vincent et ses alentours ont montré ce samedi matin toute leur motivation pour maintenir la pression : « il est important de poursuivre les actions, d’être visibles. Plus les gens seront sensibilisés, mieux ce sera. » ont-ils indiqué.

A Collonge-en-Charollais, de nombreux foyers ne sont pas reliés à l’eau courante et utilisent l’eau de leurs puits qui pourraient être impactée par le projet d’enfouissement d’amiante.

 

L’association de Collonge-en-Charollais compte bien d’ailleurs rappeler l’inscription de deux zones géographiques en zones protégées ; une zone natura 2000 et une ZNIEFF (Zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique) à proximité du site de la carrière. Quant à la commune de Marigny dont les habitants ne semblent pas s’être encore mobilisés (peut-être par méconnaissance du sujet), celle-ci pourrait être la plus impactée par l’enfouissement d’amiante puisque d’ores et déjà ses eaux changent parfois de couleur lors du nettoyage du sable de la carrière.

 

La rencontre avec les vice-présidents de la CUCM a été l’occasion pour les deux associations de leur remettre des dossiers complets. Il s’agissait donc d’une réunion de travail. Cette réunion avait pour objectif de préparer une réunion qui devrait avoir lieu avec le Président David Marti. Cela a été aussi l’occasion de revenir sur des rumeurs qui mettaient en question notamment la CUCM selon les membres présents à la conférence de presse ce samedi.

 

Une association consultée pour préparer le référendum à Mont Saint Vincent

 

Ce samedi matin, Préserver Mont Saint Vincent et ses alentours avait obtenu un rendez-vous avec le maire de la commune M. Girardon qui était accompagné de trois adjoints.

La rencontre a permis d’aboutir au fait que l’association sera consultée pour la rédaction de la question posée lors du référendum qui devrait se tenir entre septembre et décembre prochains. « La question tournera autour de l’enfouissement de l’amiante et des déchets du BTP en général. » nous a-t-on indiqué.

Il devrait y avoir aussi un référendum à Collonge. Et les membres des deux associations pourraient suggérer à la commune de Marigny de faire de même.

Les associations feront campagne dans les prochaines semaines pour influer sur l’enquête d’utilité publique. Ils jugent d’ailleurs que toutes les mairies concernées par le projet devraient faire partie du débat dans le cadre de l’enquête publique.

 

A ce jour, l’association Préserver Mont Saint Vincent et ses alentours compte 64 adhésions à jour de cotisation et 1542 signatures à sa pétition. L’association de Collonge compte quant à elle déjà 71 foyers adhérents.

 

Les associations se rendront dès que cela sera possible sur de nombreux marchés à Digoin, Paray-le-Monial etc. pour récolter d’autres signatures, des milliers de signatures – ils l’espèrent – pour leur pétition. A Collonge-en-Charollais, les banderoles vont progressivement se dérouler dans la commune et sur le bord de la RD980. « On va partir au front : banderoles, flyers, site internet, logo » a-t-on indiqué du côté de l’ACP. Tout est prêt !

 

Par ailleurs, l’association de Mont Saint Vincent s’appuiera sur la CAVAM (Coordination des Associations des Victimes de l’amiante et des maladies professionnelles) qui compte à ce jour 24 associations adhérentes et 8600 adhérents. Elle devrait y adhérer prochainement.

 

Une association qui tient d’ailleurs un blog à destination de tous : https://www.amiantemaladieprofessionnelle.com/

 

Les co-fondateurs de cette association, Augustin VINALS et Alain GUÉRET seront d’ailleurs présents à une conférence-débat mi-juin, qui se tiendra à Mont Saint Vincent à la salle des fêtes, en présence d’élus de la CUCM, nous a-t-on annoncé ce samedi. L’entreprise Rougeot devrait d’ailleurs y être invitée.

 

La CAVAM demande notamment l’installation d’un centre d’éradication de l’amiante par département.

 

Quant au Préfet de Saône-et-Loire, les membres des deux associations semblent connaître son intérêt pour le sujet de l’eau. Et s’il ne souhaite pas les recevoir pour l’instant, les associations devraient s’adresser d’ores et déjà aux sous-préfets des communes afin de faire remonter leurs informations.

 

Il y a donc encore de longs mois de travail pour barrer la route définitivement au projet d’enfouissement d’amiante sur le site de Bourgueil.

 

Une affaire à plusieurs épisodes !

 

EM

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Préserver Mont Saint Vincent et ses alentours poursuit ses rencontres”

  1. gilbert71 dit :

    tous les élus de la CCM ont dit oui pour le PLUI (Plan Local d’Urbanisme Intercommunal)qui prévoyait sur cette zone de Bourgueil seulement la possibilité d’enfouissement de matières non dangereuses et inertes donc transformer la carriere en décharge et apres pourquoi pas y mettre de l’amiante dejà des matieres non dangereuses ….. plus de décharge à Torcy , il faut bien un autre site c’est bien acté ( Marigny ne veut pas froissé les dirigentS de la CCM)