Autres journaux



jeudi 9 mai 2024 à 06:20

8 mai 1945 commémoration à Sanvignes

La paix comme horizon, le populisme comme danger



 

Arrivée en fanfare du cortège des élus, des anciens combattants et porte-drapeaux, des habitants accompagnés d’enfants des écoles.

Autour du monument aux morts de Sanvignes ce 8 mai 2024 matin, tous se regroupent et prennent leurs places.

« La guerre est gagnée ! Voici la Victoire ! C’est la Victoire des Nations Unies et c’est la Victoire de la France ! »

Le maître de cérémonie, Joseph Jeannot, après avoir rappelé ces mots du Général de Gaulle prononcés le 8 mai 1945, lit le discours de l’UFAC (Union française des anciens combattnats).

« En ce 8 mai 2024, rendons hommage à tous les morts de ce conflit qui aura duré 5 ans et fait 13 millions de victimes civiles et militaires. Ne les oublions pas, n’oublions pas non plus le Prix de la Liberté ». Il insiste sur la situation actuelle et sur la nécessité d’être vigilant face aux populismes, face aux risques à nos frontières.

 

Des gerbes sont déposées par Guy Boguet responsable local du Souvenir Français, Viviane PERRIN et Jean Claude Lagrange accompagnés chacun de trois enfants des écoles.

 

Anne SEVIN,  3ème adjointe au Maire de Sanvignes, lui succède au micro pour lire le message de Patricia MIRALLÈS, secrétaire d’État auprès du ministre des Armées, chargée des Anciens combattants et de la Mémoire.

« Il y a 79 ans, à Berlin, la France surmontait « l’étrange défaite » de mai 1940 et l’esprit de collaboration(…) Il y a 79 ans, la France et l’Europe avaient perdu leur innocence. (…) Et c’est avec la conscience grave du passé que chacun se mit à imaginer les jours heureux. (…) De la guerre, du 8 mai 1945, nous avons conservé une mémoire. Celle-ci s’est nourrie de l’histoire des combats de la France Libre et de la Résistance comme de celle de la déportation et de la collaboration. Cette mémoire est notre héritage autant qu’une leçon. Depuis 79 ans, nous ne l’avons pas oubliée. Pour toujours, elle nous anime. »

 

Viviane PERRIN,  1ère adjointe  et conseillière départementale, prend ensuite la parole pour exhorter la foule à ne pas oublier les sacrifices, l’horreur de ce conflit mené pour une idéologie barbare, totalement folle, ayant engendré une spirale de l’horreur. « Notre sagesse, notre humanité, notre raison, notre esprit critique ne doivent pas venir à nous manquer »

 

Jean Claude Lagrange termine la série des discours en assurant que les ferments de la barbarie sont toujours présents en Europe, que les populismes rendent fragile notre démocratie. Il rappelle que nous devons aussi notre liberté à des étrangers qui ont sacrifié leurs vies pour combattre l’hitlérisme, le fascisme, le Franquisme. Il énumère toutes les catégories d’humains pourchassés et massacrés par les nazis et pour terminer il cite Léopold Sédar Senghor s’adressant aux combattants noirs, « Non, vous n’êtes pas morts gratuits. Vous êtes les témoins de l’Afrique immortelle, vous êtes les témoins du monde nouveau qui sera demain. ». En guise de conclusion il lance : « Vive l’Europe, Vive la paix ».

 

Quels que soient les discours prononcés aujourd’hui le populisme reste un marqueur comme danger pour l’avenir et en contre partie la paix se concrétise en un souhait intense.

 

La cérémonie se clôt d’ailleurs sur deux hymnes et un morceau de musique au titre évocateur.

D’abord la Marseillaise, puis l’hymne Européen : thème musical de l’Ode à la joie, de Ludwig van Beethoven, qui exprime l’idéal de fraternité et de liberté de l’Union européenne, enfin pour clore la cérémonie : un Pas Redoublé allègre, entrainant, une marche triomphale : « De Garde » de CJN Cori.

 

Gilles Desnoix

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=pLvhfD03ih0

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer