Autres journaux :



vendredi 22 mai 2020 à 12:15

“Eolane – Konecranes – Gerbe” (Politique – social)

L'appel d’union aux forces politiques, syndicales, associatives... du PCF





Communiqué

 

“Ces trois entreprises historiques de notre Bassin minier seront-t-elles sacrifiées sur l’autel du Capital ? Les choix politiques néolibéraux et la recherche insoutenable des taux de profits à deux chiffres pèsent de tout leur poids sur le développement humain, social, économique et précipite la planète dans une crise écologique sans précédent.

 

Le Covid-19 fait apparaître aux yeux du plus grand nombre de grandes faiblesses systémiques. Il provoque des débats en France et en Europe sur de possibles relocalisations de productions dans une économie toujours aussi interconnectée et confrontée à une défaillance d’ampleur, qu’il s’agisse de la production ou de la fourniture de matières premières.

 

Le pouvoir Macron met en œuvre une politique visant à constituer de grands champions du capital financier au détriment du projet industriel, seul juge de paix d’une viabilité économique, sociale, écologique. L’emprise du privé et ses effets délétères apparaissent soudain si évidents qu’ils conduisent le chef de l’Etat lui-même à évoquer « des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché ». Difficile de le croire, tant il a accompagné et justifié des abandons industriels qui ont conduit le pays à être désarmé face à cette crise sanitaire.

 

Un État stratège peut et doit intervenir sur les grandes filières industrielles nationales pour répondre aux enjeux de notre siècle : en conditionnant et en contrôlant tout l’argent public utilisé ; en nationalisant lorsque nécessaire pour faire reculer la domination du capital et non pour collectiviser les difficultés avant de restituer les bénéfices au marché ; en agissant au niveau européen pour une politique monétaire et du crédit garantissant un nouvel essor industriel engageant la transition écologique. La mobilisation de ces leviers, appuyés par de nouveaux pouvoirs à l’entreprise et sur les territoires, permettront d’engager les relocalisations et coopérations nécessaires.

 

Les communistes proposent un nouveau système de développement articulant industrie et services (notamment les services publics) et de nouveaux pouvoirs à l’entreprise. Garantir et conditionner l’accès à l’argent, qu’il s’agisse de création monétaire, de crédit ou d’aides publiques.

 

Le PCF vient de lancer un appel d’union aux forces politiques, syndicales, associatives, à tous ceux et celles qui appellent à changer la société. Il ne pourra y avoir de transformations en profondeur sans l’implication des citoyennes et citoyens.”

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur ““Eolane – Konecranes – Gerbe” (Politique – social)”

  1. Gerard13 dit :

    Je n’ai pas souvenir que les ministres communistes des transports qu’on a en dans les 40 dernieres annees aient eu une politique des transports ou le rail route aurait eu la priorité.Voilà une politique qui si elle avait été mise en oeuvre aurait eu un impact positif sur la planète et aurait amené des marchés a des sociétés comme PPM / TEREX . Mais c’est vrai que lorsqu’on gouverne , les YA KA FAU KON sont à l’oeuvre et là c’est plus difficile .

    • Marcuse dit :

      Si mes souvenirs sont exacts, durant ma carrière de cheminot il n’y eut que deux ministres des transports communsites : Charles Fiterman de 1981 à 1984, et Jean-Claude Gayssot de 1997 à 2002, soit une durée cumulée de 8 ans. C’est de la bouche de Jean-Claude Gayssot que pour la première fois j’ai entendu le terme ferroutage.
      Pour nous cheminots, c’était une bonne chose, sauf qu’à l’époque, la plus grande filiale de la SNCF était le plus grand, sinon l’un des plus grands transporteurs routiers français.

  2. citoyen du monde dit :

    246100 chômeurs supplémentaires (catégorie A) en mars. Il y a 11 ans, en mars 2009, en pleine débâcle financière, la hausse n’était “que” de 77300… soit trois fois moins. de 2002 à 2018, avec la financiarisation de l’économie, la France a perdu 40% de ses usines.