Autres journaux :



mardi 16 février 2021 à 06:13

Lancement de la campagne régionale des écologistes

  Un regroupement mené par Stéphanie Modde



 



 

 

C’est à 4 mois de l’échéance que le regroupement écologiste a présenté ses têtes de liste pour les élections régionales du mois de juin prochain. Un regroupement historique qu’ils présentent comme la seule véritable alternative pour construire le monde d’après.

C’est Stéphanie Modde qui a été désignée pour représenter la liste qui tentera de ravir le siège aujourd’hui occupé par Marie-Guite Dufay.

 

Ce lundi en fin de matinée, Stéphanie Modde était entourée des têtes de liste départementaux, aussi de représentants nationaux et locaux des différents partis ayant rejoint la liste écologiste. Leur objectif ? Obtenir des sièges qui leur avaient échappé en 2015 à cause de la dispersion des voix de leurs électeurs sur plusieurs listes écologistes. Cette année sera écologiste à coup sûr, selon les intéressés. C’est le moment pour passer !

 

Et ce ne sont pas leurs soutiens nationaux qui allaient dire le contraire, au cours de cette conférence de presse par visioconférence.

 

Stéphanie Modde a ainsi indiqué le travail réalisé depuis le mois de juin 2020 afin de rassembler les forces écologistes au sein d’un pôle écologique. Un appel avait d’ailleurs été lancé en septembre/octobre dernier, aboutissant à un accord fin de l’année 2020.

 

Des enjeux sociaux, environnementaux, climatiques et économiques

 

Revenant sur l’échec des élections régionales de 2015, Stéphanie Modde a indiqué les enjeux de la présence des écologistes dans l’hémicycle régionale : enjeux sociaux, environnementaux, climatiques et économiques. « On est prêt à construire le monde d’après. C’est un monde dans lequel on peut faire de la résilience, affronter les crises sanitaires » a déclaré la tête de liste aux élections régionales en Bourgogne-Franche-Comté.

 

Corinne Lepage, présente à la visioconférence indiquait : « Ce pôle écolo offre une perspective nouvelle à nos citoyens au moment où il y a beaucoup de peurs quant à l’avenir, une fermeture sur soi. C’est un projet offrant une large palette, un projet adapté aux temps nouveaux. Nous sommes dans une changement historique. Cette capacité d’être rassemblé, c’est aussi proposer des solutions pratiques, proposer un mieux-être et un mieux-vivre. »

 

Jean-Marc Governatori a salué pour sa part le travail de rassemblement de Stéphanie Modde. « Dans un moment aussi grave, c’est capital que le projet de société écologique gagne. C’est vraiment capital pour chacun de nous que le projet de société écologique soit appliqué. C’est un saut de conscience qui est nécessaire pour changer de paradigme. Ce sont différentes formations qui ont réussi à s’écouter, à se comprendre » a-t-il déclaré.

 

Julien Bayou a souhaité insister sur le rassemblement des mouvements écologistes ainsi réalisé. Par le passé, « on s’est auto-entravé. Cela a conduit à l’absence de l’écologie dans l’hémicycle » a-t-il rappelé. Avant de poursuivre sur la présence au sein de cette liste de 4 générations d’écologistes : des historiques à la 4e génération.

Et d’ajouter : « Pour les journalistes, ces élections sont vues comme un tremplin pour les présidentielles. Nous, on se concentre sur l’échelon régional. On ne fait pas de calcul. »

Avant de conclure sur le compétences de la tête de liste Stéphanie Modde en termes de travail avec les entreprises et bien sûr au niveau de l’environnement.

 

Un nouvel élan pour la Région

 

Pour Etienne Banet, référent pour Génération écologie, ce regroupement crée un nouvel élan pour la Région.

Stéphanie Modde pour sa part a insisté sur le caractère alternatif du projet qu’elle porte. Elle a reconnu des propositions de mesures intéressantes en région, qui n’ont toutefois selon elles pas réellement abouties.

Sur la thématique des transports, la liste préfère ainsi se concentrer sur le ferroviaire de proximité plutôt que la ligne à grande vitesse. L’objectif est de continuer à réduire l’utilisation des voitures en offrant la possibilité de l’utilisation de « ferroviaire de proximité ». Autre point abordé, celui de l’agriculture locale et biologique.

Ce sont aussi les enjeux de relocalisation, du petit commerce de proximité, de perte de population dans certaines zones du territoire qui ont été abordés.

 

« Je crois à la solidarité. Ce n’est pas un vain » a déclaré Stéphanie Modde. « Cette transition écologique n’a de sens que s’il y a une justice sociale » a-t-elle ajouté.

 

Et de pointer du doigt « la perte de biodiversité dramatique. » Une perte dramatique pour l’être humain et l’ensemble de l’éco-système a-t-elle poursuivi.

 

Puis revenant sur la question du territoire et du maillage entre les territoires, la tête de liste a mis en avant le patrimoine naturelle, architectural, les territoires industriels etc. de la Bourgogne-Franche-Comté.

 

Et de conclure : « La liste que nous sommes en train de constituer est extraordinaire. C’est un grand honneur pour moi d’être à sa tête. On n’est rien tout seul. Je constitue des têtes de liste départementale avec des personnes expérimentées et des personnes militantes ».

 

Les têtes de liste départementale dévoilées

 

Si l’ensemble de la liste n’est pas encore complète, les têtes de liste sont aujourd’hui connues.

Ainsi Anna Maillard sera en tête de liste dans le Doubs. Elle travaille dans le secteur associatif et se dit prête à travailler de concert avec les acteurs économiques, environnementaux et industriels.

 

Pascal Blain sera présent dans le Jura en tant que tête de liste. Issu du monde associatif, c’est un acteur de terrain. « J’ai pu voir comme chaque pas compte. Cette politique de petits pas ne suffira pas à changer la marche en cours. Il faut partir dans plus de radicalité. Il va falloir faire les choses avec nos co-citoyens » a-t-il précisé.

 

Marie-Claire Thomas se présentera en Haute-Saône, un territoire d’innovation où l’on trouve des Fab-lab et de nouvelles exploitations biologiques. Elle regrette le faible soutien de la région à ces dernières.

Eric Oternaud sera présent au Territoire de Belfort. Ingénieur de formation, il apporte actuellement ses conseils aux entreprises à titre environnemental.

 

Nathalie Charvy sera tête de liste pour la Nièvre, un territoire qui perd de la population.

 

Mathieu Bittoun se présentera dans l’Yonne.

Enfin Claire Mallard, secrétaire régionale EELV, sera tête de liste en Saône-et-Loire. Elle a indiqué ce lundi matin : « L’objectif est de gagner. Il faut coopérer avec toutes les bonnes volontés pour construire une région où il fait doux de vivre. Quel est le sens de cette alliance ? C’est d’ouvrir un chemin vers un nouvel espoir ».

 

Fabien Robert, 2e sur la liste en Côte d’Or a indiqué quant à lui la logique de la liste : « une gestion simple et saine, […] respecter la planète pour ce qu’elle nous a apporté ».

 

Delphine Batho (Génération écologie), qui venait en soutien à ce rassemblement, a déclaré : « On croit à l’écologie dans les territoires. Il y a vraiment un travail exemplaire entre les formations écologistes en Bourgogne-Franche-Comté.

 

Une campagne participative

 

Stéphanie Modde, tête de liste au niveau de la Région et en Côte d’Or, a rappelé que la campagne était participative « pour aller au plus proche et répondre aux habitants ». « L’enjeu écologique est partagé par de plus en plus de personnes. On va emmener des personnes qui se disent écolo. Si on arrive à convaincre au plus large, tant mieux. » a-t-elle ajouté.

 

Et de rappeler aussi qu’il s’agit d’une élection à deux tours. « Le plus important, c’était l’union écologiste. Notre porte est ouverte. Mais nous pensons qu’il faut une alternative. Il y a un nouvel élan, un nouveau souffle à avoir pour que les écologistes portent cette alternative. » a poursuivi la tête de liste régionale.

 

Ensuite Stéphanie Modde a expliqué ce départ en campagne dès à présent par le fait que ce rassemblement est peu connu : « Nous avons un déficit. On nous connaît peu. Nous souhaitons partir en campagne dès maintenant. La dynamique est là. Elle ne sera pas cassée. Nous allons voir comment la campagne va se dérouler. »

 

« Il y a une approche, c’est de porter le pôle écologiste. Éventuellement il pourra y avoir une alliance au deuxième tour. » a-t-elle poursuivi.

Le travail sur le programme est en cours, ainsi que sur le site internet. Le programme sera complété grâce à une démarche participative. Jusqu’en mars-avril, le programme et les listes seront enrichis.

 

Enfin la tête de liste écologiste a bien expliqué que le rassemblement était en train de constituer des listes départementales et régionales. « L’ambition est de faire cette campagne régionale. S’il y a un intérêt à avoir des candidatures croisées, pourquoi pas. Mais ce n’est pas le but » a-t-elle précisé.

 

Le programme contiendra certainement quelques thématiques communes au niveau national avant de répondre plus spécifiquement au niveau régional a-t-on ajouté.

 

Et de conclure : « Le temps de l’écologie, il est là ! »

 

EM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Lancement de la campagne régionale des écologistes”

  1. nobody dit :

    Et le bilan carbone personnel de tous ces braves gens,il est comment…… faut voir ?,

  2. BGSB dit :

    Des écologistes tous réunis ?

    Ça serait bien la première fois !

    Je souhaite que ça arrive, mais j’y crois très, très moyennement …

  3. Georges60 dit :

    Depuis 3o ans, le même blabla !
    Allez salut les pastèques ! 😂😂😂