Autres journaux :



vendredi 15 octobre 2021 à 10:29

Saône et Loire

Réaction EELV aux manifestations du 15 octobre : "L’éleveur et le loup, une cohabitation possible et nécessaire."





Communiqué :

“Le 15 octobre, la FDSEA appelle les éleveurs à manifester pour demander « de réguler » la présence du loup. EELV Bourgogne et EELV Franche-Comté réaffirment leur position d’apaisement et de recherche de solutions pour une cohabitation entre éleveurs et grands prédateurs, loup et lynx.
SI nous comprenons parfaitement l’émotion et la colère des éleveurs dont les troupeaux ont subi les attaques du loup, nous réaffirmons que les grands prédateurs sont indispensables à l’équilibre des écosystèmes ; d’autant plus importants que la biodiversité s’effondre. Rappelons qu’ils contribuent à la régulation naturelle de certains herbivores sauvages qui causent de graves dommages aux plantations comme les chevreuils.

Les causes des difficultés rencontrées par les éleveurs sont multiples et complexes : le système agricole et l’agriculture concurrentielle mondialisée provoquent depuis des années une crise du pastoralisme et de l’élevage extensif, notamment en zone montage. Les chiens divagants et les chiens errants causent également de fréquentes atteintes aux cheptels d’ovins et de caprins. Le loup est alors un bouc-émissaire facile.

Après avoir été exterminé sur nos territoires dans les années 1930, le loup est désormais une espèce protégée et un habitant légitime des montagnes, des forêts et des campagnes. Son retour est le fait d’une recolonisation naturelle et non le fait d’une réintroduction comme l’a affirmé, dans un récent article mensonger, Josiane Corneloup, députée LR du Charolais-Brionnais.

EELV appelle à une véritable diplomatie du vivant réunissant des naturalistes, des chercheurs, des représentants associatifs et éleveurs prêts à penser ensemble la cohabitation, en n’opposant plus éradication et protection.

Et si des voix s’élèvent pour des mesures radicales d’éradication, n’oublions pas la démarche et l’engagement discret mais réelle de bien des éleveuses et éleveurs qui vivent et conduisent leur troupeau en présence du loup. Valorisons leur démarche, appuyons-nous sur les expériences positives et apprenons ensemble à protéger les troupeaux et la faune sauvage.”

 

Cécile Prudhomme, EELV Franche-Comté,

Mourad Laoues et Nathalie Charvy EELV Bourgogne
Dominique Cornet, secrétaire départemental EELV Saône-et-Loire.

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer