Autres journaux



vendredi 16 février 2024 à 16:56

15% d’augmentation sur l’eau

"Les habitants payent les mauvais choix des élus de la CUCM", déclare Charles Landre



Communiqué :

 

« Jeudi 15 février, les élus de la CUCM ont voté une augmentation des tarifs de l’eau potable de 2,67 à 3,14 euros TTC et de 1,84 à 2,08 euros TTC pour la part assainissement, soit +17,78% sur votre facture d’eau potable, +13,22% pour l’assainissement pour une augmentation de 15% d’une facture type de 120m3 soit environ 87 euros par an !

 

Cette nouvelle hausse du tarif de l’eau fait suite à une hausse de 5,7% par an du tarif de l’assainissement votée en 2021. Elle se justifierait, selon eux, par l’inflation, la taille du réseau et les travaux à y réaliser. Nous subirions une situation soudainement dégradée en 2024.

 

Mais de qui se moquent ils ?

 

C’est précisément la conséquence de 15 années de sous investissement qui rendent le réseau extrêmement fragile, et la conséquence de leurs choix de gestion que d’en arriver là. Car ce sont les mêmes qui ont tout choisi. Le mode de gestion (Délégation de Service Public plutôt que Régie Publique sans vouloir étudier les deux options), le choix du renouvellement d’un délégataire en situation de monopole de fait, l’extension du territoire de la CUCM (et donc des réseaux), le sous investissement chronique sur lequel nous avons été plusieurs à ne cesser d’alerter avec, par exemple, un taux de renouvellement du réseau de 0,47% soit 20 points en dessous de la moyenne nationale.

 

Ils ont tout choisi et ont laissé se dégrader une situation dont ils décident aujourd’hui avec une insupportable légèreté d’en faire payer le prix aux habitants.

 

Alors évidemment, en 2024, après 3 ans de hausse de la facture de l’eau (par la part assainissement qui croit de 5,7% par an), cette nouvelle augmentation de 15% en moyenne de la facture de chaque habitant dès le 1er mars, ne sera certainement, malheureusement pas la dernière. Elle est inique et il est insupportable que la pensée de l’argent magique qui se trouverait systématiquement dans la poche des habitants soit toujours la solution choisie par cet exécutif.

 

L’eau à un prix. Mais les élus ont la responsabilité de gérer le réseau, d’en choisir le mode de gestion, d’en décider des investissements. 15% d’augmentation sur la facture c’est la conséquence de cette mauvaise gestion malgré nos alertes répétées. Hier soir, nous avons été deux à voter contre.

 

Nous fumes 2, avec Salima Belhadj, à voter contre. Suite à ma prise de parole, 9 élus se sont abstenus et 60 ont voté pour. Chacun jugera.

 

J’invite chaque habitant à prendre la mesure, après la réduction du service public des déchets, la hausse de la taxe sur les surfaces commerciales, la hausse de la taxe foncière, la création d’une taxe sur les locaux vacants, de l’engrenage dans lequel notre région est prise, celle d’une hausse continuelle des charges qui pèsent sur les habitants alors que les indicateurs sociaux et démographiques se dégradent et que les services publics essentiels s’éloignent.

 

Je continuerai à défendre la bonne gestion de l’argent public et à m’opposer au recours systématique à l’impôt, à la taxe ou à la hausse de prix décidés par ces élus qui sont, décidément, bien loin de la réalité de ce que vivent les ménages et bien détachés des objectifs de performance qui sont les leurs.

 

Nous avons, ici, tout pour faire en sorte que le nord et l’ouest de la Saône et Loire soit le lieu de la qualité de vie et du dynamisme économique, social et culturel autour d’une position géographique, d’infrastructures d’accueil et de transport uniques. Mais cela passe, avant tout, par de l’ambition, la volonté d’enfin bien gérer les deniers publics et la fin de cette idée insupportable que les conséquences des fautes des élus seront systématiquement payées par les habitants.

 

Ayons cette ambition. Je ne doute pas que nous y arriverons. »

 

Charles Landre, Conseiller municipal du Creusot et conseiller communautaire

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “15% d’augmentation sur l’eau”

  1. merzet22 dit :

    Pourquoi choisir la gestion de l’eau potable en régie publique plutôt qu’en Délégation de Service Public?

    A l’égal de l’air, l’eau n’est pas une marchandise, car elle conditionne la vie des êtres humains.
    Alors, pourquoi l’eau peut-elle être moins chère en régie?
    – En France il n’y que 3 multinationales qui contrôlent le marché de l’eau potable. Depuis le 18 janvier 2012, elles font une nouvelle fois l’objet d’une enquête de l’Union Européenne pour entente illicite et abus de position dominante.
    – La régie, elle, n’a pas de dividendes à distribuer aux actionnaires.
    – Elle ne supporte pas de contribution au financement des services généraux
    – Les salaires de leurs dirigeants ne sont pas définis par la concurrence.
    – Elles ne doivent payer l’impôt sur les sociétés
    – A l’inverse des multinationales, elles ne spéculent pas avec l’argent public
    – le coût des 25% de l’eau captée perdus du fait des fuites du réseau, peut être réduit alors qu’actuellement c’est l’usager qui paie, sans pour autant que le prestataire entretienne le réseau !
    – L’expérience et l’observation des factures ou rapports divers montre que 15 à 20% % du prix de l’eau facturée selon les communes correspond au bénéfice du délégataire
    Même aux États Unis pays connu pour sa politique ultra-libérale seulement 20% de l’eau est géré par le prive! En Suisse 100% de l’eau sont sous régie public!

    DES EXEMPLES DE REGIE PUBLIQUE DE L’EAU EN FRANCE

    C’est en route sur l’agglomération de Montpellier !

    La Régie publique de l’eau, votée en mai 2014, est en cours de fondation. Pour créer ce nouveau service public qui verra le jour le 1er janvier 2016, Montpellier Agglomération a engagé une concertation au sein d’un Comité citoyen de suivi. Il s’est réuni début novembre afin de discuter des statuts, tandis que le conseil d’agglomération a pris une série de délibérations permettant d’enclencher le processus.

    PARIS : Au 1er janvier 2010, la régie municipale Eau de Paris devient l’opérateur public unique de l’eau à Paris. La Ville de Paris a choisi de réorganiser son service municipal de l’eau, autour d’un opérateur unique, public, et de construire ce système à partir d’Eau de Paris, société d’économie mixte transformée en régie, au 1er mai 2009
    Anglet
    qui est passé de la droite vers la gauche en 2008 à baissé son prix d’eau après un audit de 61% du m3 et 20% de l’abonnement !
    Grenoble
    L’eau a été ré-municipalisé en 2000. Voir le site internet eau de grenoble.fr
    Pour 120 m3 d’eau, un coût de seulement 390€ TTC contre 600.00€ à Evreux et

    Bordeaux
    Bordeaux sous la coupe de Suez a réussi à se faire rembourser 233 millions d’euros, pour des profits abusifs

    Et bien d’autres encore !