Autres journaux :



samedi 23 mai 2020 à 06:08

Bilan hebdomadaire de l’Agence régionale de la santé

Tout faire pour éviter la reprise épidémique



 



Ce vendredi en fin d’après-midi Bernard SCHMELTZ, Préfet de la région Bourgogne-Franche-Comté, Préfet de la Côte-d’Or tenait une nouvelle fois une audioconférence de presse en présence de Pierre PRIBILE, Directeur général de l’Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté, de Jean-François CHANET, Recteur académique de la région Bourgogne-Franche-Comté, Recteur de l’Académie de Besançon, Nathalie ALBERT-MORETTI, Rectrice de l’Académie de Dijon, Jean-Paul CATANESE, Directeur régional des Finances publiques Bourgogne Franche-Comté et Jean RIBEIL, Directeur de la Direccte Bourgogne-Franche-Comté.

L’audioconférence a débuté par un point sur l’épidémie du coronavirus dans la région Bourgogne-Franche-Comté, point présenté par Pierre Pribile.

 

Et ce sont plutôt de bonnes nouvelles que le directeur général de l’ARS a présenté. Ainsi la tension sur le milieu hospitalier poursuit sa décroissance, confirmant un mouvement en cours depuis plusieurs semaines à présent dans la région. 62 personnes sont encore hospitalisées en réanimation parmi un total de 661 personnes hospitalisées.

 

44 % des personnes hospitalisées sont en soins de suite, c’est-à-dire en rééducation. Ils sont donc « en bonne voie de sortir » selon Pierre Pribile. La mortalité diminue avec un bilan de 988 décès en milieu hospitalier et 640 dans les établissements médico-sociaux. On dénombre 4 décès de plus par rapport à la semaine dernière.

 

La fin de l’épidémie est la responsabilité de tous

 

Pierre Pribile a indiqué qu’il fallait tout faire pour éviter la reprise épidémique. Et cela ne peut être possible que si chacun prend ses responsabilités et fait sa part : gestes de protection, distanciation physique et autosurveillance.

 

L’ARS pour sa part a développé un deuxième grand axe : les tests suivis de l’identification de malades. Si la semaine dernière, la méthode en était à ses balbutiements, cette semaine elle a commencé à prendre un rythme de croisière dont les résultats peuvent apporter plus de lisibilité sur la circulation du virus dans la région.

 

Ainsi sur les 7 derniers jours, 9797 tests ont été réalisés. 122 tests sont revenus positifs et 700 personnes ont été isolées (soit parce qu’elles étaient positives au tests, soit en tant que contact rapproché).

 

L’ARS recueille des signalements soit en collectivité, soit de cas groupés. 97 situations ont été ainsi signalées dont 42 ont été clôturées. 55 font l’objet d’interventions ou de surveillance. Parmi ces dernières, 40 sont des signalements issus d’hôpitaux ou d’établissements médico-sociaux.

 

Pour le directeur de l’ARS, le système produit donc des résultats. Et tous les indicateurs semblent montrer qu’il n’y a pour l’instant pas reprise de l’épidémie.

 

Un taux de positivité des tests faible

 

Le taux de positivité des tests est faible : 1 à 2 %. « C’est un bon signe » a commenté Pierre Pribile.

Et de poursuivre : « On teste large. Et cela n’évolue pas à la hausse. Aucune des situations signalées ne représentent de cas de regroupement. Quant au rythme d’entrée dans les hôpitaux, il reste faible (7 à 8 entrées dans les hôpitaux de la région par jour dont moins d’un en réanimation ».

 

Pour autant le virus est toujours présent avec un résultat positif par jour dans la région.

Le directeur de l’ARS appelle donc au respect des gestes de protection et d’hygiène. L’autovigilance est aussi un point d’importance sur lequel il entend insister.

 

Le virus est encore mal connu, comme l’a indiqué le directeur de l’ARS qui a reconnu que l’on trouvait des atteints du Covid-19 et qui restaient infectés longtemps. Ils requièrent une grande vigilance car cela signifie qu’ils peuvent être contaminants longtemps.

 

Carte de la France et indicateurs

 

La question de la cartographie et du classement de notre région en rouge continue d’interpeler. Et Pierre Pribile a rappelé que la carte connue de tous est une photographie arrêtée au 7 mai dernier sur laquelle le gouvernement s’est appuyé pour prendre les premières mesures de déconfinement. Comme nous l’indiquions la semaine dernière, aujourd’hui la région Bourgogne-Franche-Comté est revenue depuis dans le vert sur tous les indicateurs.

Toutefois cette réalité n’impacte pas la cartographie actuelle qui devrait évoluer à la fin du mois.

 

La question est donc de savoir quelle couleur sera retenue le 2 juin prochain pour la poursuite du déconfinement.

 

Le taux de positivité des tests est un indicateur plus qu’il y a 15 jours. Même si on obtient le résultat de 22 tests positifs en 1 semaine, c’est plus faible que ce que les services de l’ARS escomptaient. Ce chiffre n’est certes pas exhaustif et le directeur de l’ARS a reconnu qu’il était possible que les prévisions épidémiques aient été pessimistes. Le risque existe que des malades avec des symptômes faibles ne soient pas identifiés. « Ces chiffres-là sont rassurants mais on reste vigilants » a poursuivi Pierre Pribile.

 

Si l’indicateur est intéressant pour juger de la circulation du virus, rien ne dit pour l’instant qu’il sera utilisé dans la classification des régions sur la nouvelle carte de France.

 

Concernant le département de la Saône-et-Loire, celui-ci est le lieu du plus grand nombre de tests. Le recours aux tests y est donc important. Et le directeur de l’ARS a voulu encore une fois se faire rassurant : « cela ne produit pas plus de degré de positivité qu’ailleurs. c’est plutôt bon signe dans la façon que les personnes se signalent à leurs médecins ».

 

Le bilan de cette semaine s’est voulu donc plutôt positif tout en rappelant la nécessité de respecter les distances physiques, les gestes d’hygiène et de protection et la nécessité de s’autosurveiller.

 

Les prochains jours nous diront bientôt si la région Bourgogne Franche-Comté passera enfin au vert officiellement.

 

EM

 

 

 

Photo d’archives

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer