Autres journaux



mercredi 6 avril 2011 à 10:30

Suppression de TER en Bresse

Arnaud Montebourg écrit à François Patriat, président du conseil régional



« Monsieur le Président du Conseil régional,

Les mesures proposées par le Conseil régional de Bourgogne et la SNCF qui visent à supprimer plusieurs trains existants sur la ligne Dijon-Bourg, à modifier les horaires et à remplacer certaines dessertes par des services par autocar provoquent de très vives inquiétudes dans la population bressane.

Il est incompréhensible d’avoir demandé, aux Bressans comme à tous les Bourguignons, des efforts financiers très importants pour aménager la gare de Louhans, pour sécuriser la gare de Mervans, pour rénover complètement le parc de matériel roulant et d’en arriver à ce projet qui va pénaliser considérablement nos populations.

Le cadencement proposé supprimera des trains indispensables à nos étudiants ainsi qu’aux habitants de la Bresse qui se rendent quotidiennement à Dijon, Bourg ou Lyon pour travailler, pénalisera aussi les habitants de Côte d’Or qui occupent un emploi dans le Louhannais.

Le remplacement du train par des transports en autocar depuis Bourg ou Seurre allonge de près d’une demi-heure les temps de parcours, présente une moindre sécurité en hiver et une pénibilité accrue pour les personnes âgées.

L’Etat, depuis plusieurs années pénalise notre monde rural, ferme les postes, les perceptions, les gendarmeries, les tribunaux, nous supprime nos services publics les uns après les autres. Que nous restera-t-il pour aller étudier à la faculté, pour aller travailler, rendre visite aux malades hospitalisés à Dijon, si le Conseil régional et la SNCF diminuent encore les services rendus à nos populations de la Bresse ?

C’est pourquoi, je vous serais reconnaissant de bien vouloir réexaminer très attentivement ce projet de cadencement en prenant en compte les attentes et les besoins des habitants de la Bresse et de m’informer des suites qui pourront être réservées à mon intervention.

Vous remerciant par avance de l’attention que vous voudrez bien porter à ma, je vous prie de croire, Monsieur le Président, en l’expression de ma considération distinguée et de mon cordial dévouement. « 

Arnaud MONTEBOURG

Président du Conseil général de Saône-et-Loire




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer