Autres journaux :



dimanche 11 avril 2021 à 05:53

Nouvel épisode du « Voyage dans le passé de Montceau »…

avec M. Jacky Jacquet comme guide et ce dimanche : "  L'éclairage des rues"



 



La  rubrique » de M. Jacky Jacquet, un lecteur originaire de la Nièvre, et qui est tombé amoureux de la ville et de la région, dès son arrivée dans le bassin minier…

Pour mémoire : https://montceau-news.com/culture/522226-patrimoine-voyage-dans-le-passe-de-montceau.html

 

 

Parce qu’ en ville à toute époque la nuit était propice aux meurtres et aux vols, l’éclairage des rues  avait fait l’objet de nombreuses réflexions techniques et règlementaires : Chandelles et lampes à huile qu’à certaine époque les riverains devaient allumer sur le rebord d’une fenêtre mais, cout, odeurs, fumées  et risques d’incendies,  soulevaient plus la réticence que  l’enthousiasme   des riverains contraints de placer une petite lumière au rebord de leur  fenêtre ….et les rues des villes demeuraient  obscures…..   Enfin à  la révolution industrielle avec le gaz d’éclairage et le  bec de gaz la collectivité créait et  prenait en charge le nouveau service public de l’éclairage : Une nouvelle profession apparaissait alors : Les allumeurs de réverbères. Qui disparaîtront avec l’arrivée de l’ éclairage électrique:

 

 

Pour l’éclairage électrique, outre l’invention de la lampe à incandescence, une  difficulté restait insoluble:  La transmission de l’électricité  butait sur une  question  ardue. Pour éviter les pertes, le transport à distance devait se faire sous tension élevée mais pour l’éclairage il était  indispensable de disposer  de courant  à basse tension sauf à construire une centrale à chaque coin de rue il fallait régler cette incompatibilité  avant d’envisager l’électrification d’une ville: Avec la mine et sa centrale  au cœur de ville, Montceau  bénéficie  d’une situation on ne pouvait plus propice qui la fera probablement rentrer  avant d’autres dans l’ère de l’électricité; Une fois n’est pas coutume, c’est  en noctambules que  nous allons visiter les rues et les quartiers bénéficiant d’éclairages électriques ; C’est par  la 9eme écluse que nous commenceront notre périple dans la « ville lumière » :  on distingue nettement les quatre lampes à incandescence et leur abat-jour en tôle émaillée  du  square à l’angle de la rue du Nord et du quai du canal  bien visible sur les photos. Ces lampes à incandescences inventées par Thomas Edison en1879 permettent donc de  situer  ces photos  dans les années 1880 )……Bientôt le cinéma fera son apparition en ville.

 

 Rue Barbès face au garage Peugeot, et au  café Lacour à l’angle de la place Beaubernard le nec plus ultra de la modernité est présent avec ces deux points d’éclairage. Au Magny face aux trois petits commerces,  route de Lucy et  devant la chapelle la lumière électrique est arrivée .

 Rue Anatole  France au bois du verne un lampadaire fait face à   trois  commerces du quartier . La présence sur cette photo de véhicules  automobile et hypomobile confirme une photo fin XIXeme début  XXeme siècle…..

 

Remarquons l’éclairage particulièrement soigné  place des gares : Montceau n’a pas mégoté  pour éclairer  cette place : Outre une lampe sur l’angle même du bâtiment  de la gare  on peut voir  face à  l’alignement de 3 lampadaires implantés le long de la voie du tacot de Beaubery s ‘ajoute rue des oiseaux  un grand lampadaire à deux lampes face à la lanterne au dessus de la porte cochère des commerces qui donnent sur  la place. De nuit, après être descendu de son  train  devant une telle profusion de lumière électrique: On peut imaginer combien le voyageur en prenait plein la vue en sortant de la gare  et  pouvait  vraiment sentir ici  plus qu’ailleurs battre le  cœur de la révolution industrielle !

 

Nous en conviendront tous, tant qu’à perdre ses clés la  nuit . Il était préférable d’être  place de la gare!  Au bas de la rue des oiseaux, un unique et  modeste lampadaire à l’entrée du pont tournant et une   lanterne simple quai Jules Chagot et une seconde à l’angle de l’hôtel Semet  guidaient les pas de qui se rendait à l’hôtel de l’autre coté du canal. Rue Carnot c’est   à l’angle  de l’école des filles qu’une lanterne tentait  de dissiper  l’obscurité  de la rue Carnot. Au champ du moulin et rue de l’église à Bellevue un éclairage témoigne de l’étendue du  réseau électrique dans les quartiers subséquemment au centre ville. Chacune des photos  aujourd’hui  présentée montre ( si si regardez bien ) au moins un éclairage .. forcément électrique car si  Montceau avait disposé d’une usine pour produire du gaz d’éclairage… on  le saurait !

Pour le reste du centre ville, rue Carnot, rue du Nord, aux abords de la mairie ou de l’église les photos anciennes ne montrent étonnamment pas beaucoup de point d’éclairage : On reviendra s’y promener par une nuit de pleine lune….

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




3 commentaires sur “Nouvel épisode du « Voyage dans le passé de Montceau »…”

  1. je71300 dit :

    Merci pour ces magnifiques photos.

  2. carmelajfnoly@orange.fr dit :

    Bravo pour vos travaux de recherches, vos photos et le rendez vous dominical que je suis avidement

  3. Daniel Z dit :

    Merci pour ces photos, M. Jacquet.
    Si cela vous intéresse, j’ai trouvé
    https://www.youtube.com/watch?v=rDYfd2Orn94
    un magnifique reportage qui serait proposé par le Ciné Caméra Club Montceau
    Bonne journée à vous.