Autres journaux



vendredi 19 janvier 2024 à 05:22

Ciry-le-Noble : Assemblée générale de la section départementale des retraité-es CGT

 des Industries  Electriques et Gazières (EDF, Enédis, Grdf, Grt gaz, Rte, …)



 

La section départementale des retraités CGT des industries électriques et gazières a tenu son assemblée générale ce jeudi à la salle historique de Rozelay, sur la commune de Ciry-le-Noble.

L’assemblée a débuté à 9h 00 avec un moment d’accueil et d’hommage aux disparus.

Philippe Bollotte a présenté le rapport d’actualité qui a permis d’aborder plusieurs thèmes importants : commençons à parler de la Paix car permettre la Paix, c’est résoudre les inégalités sociales, c’est mettre fin aux famines, à la pauvreté, aux discriminations de toutes sortes. »

Ce n’est pas une nouveauté depuis le conflit en Ukraine, mais la guerre est aux quatre coins du monde et se développe tous azimuts, comment faire entendre nos exigences en faveur de la paix, et faire la guerre à la guerre, permettre l’auto-détermination des peuples du monde entier, leur permettre de décider de leur propre avenir ?

L’importance du rôle des chancelleries occidentales, complices pour ne pas finaliser la création de deux états pour régler le conflit israelo-palestinien.

 

Les valeurs de paix sont constitutives du combat syndical pour les droits sociaux. Ces questions doivent être prises en compte dans l’activité au quotidien et ne pas laisser le terrain à l’extrême-droite, notamment le RN qui entend profiter de la situation pour se banaliser.

 

Pour rappel, le Livret A, a failli servir au financement de l’industrie de l’armement !

L’amendement qui avait été ajouté en catimini mardi 7 novembre par le président de la Commission de la Défense nationale et des Forces armées de l’Assemblée nationale, Thomas Gassilloud, (Renaissance, Rhône) a été retoqué par le Conseil constitutionnel.

 

« Un appel à marcher » est lancé pour le dimanche 21 janvier 2024 pour demander l’abrogation de la loi dite « asile immigration», parce que cette loi ne répond pas aux causes de l’exil forcé d’hommes, de femmes, d’enfants fuyant les guerres ou le réchauffement climatique, ni aux défis de l’accueil dans la dignité, ni au défi de la définition d’une politique digne et humaine d’intégration. Ensuite, parce qu’elle a été rédigée sous la dictée des marchands de haine qui rêvent d’imposer à la France leur projet de « préférence nationale ». Elle torpille les piliers porteurs de notre pacte républicain, hérité du Conseil National de la Résistance. Elle s’attaque ainsi au droit du sol autant qu’aux droits fondamentaux proclamés par la Constitution : au travail, à l’éducation, au logement, à la santé… »

Puis est abordée la protection sociale, un thème revendicatif majeur !

« Si la Sécurité sociale reste encore un rempart contre les aléas de la vie, elle a toujours été la cible de nombreuses attaques qui l’ont considérablement affaiblies.

Notre système de protection sociale n’est pas pour autant obsolète si l’on se donne l’ambition de la renforcer comme le propose la CGT dans sa campagne pour conquérir la sécurité sociale du XXIe siècle.

En partant des enjeux comme le vieillissement de la population ou des transformations du travail, les propositions de la CGT tournent définitivement le dos au chacun pour soi et s’appuient sur la solidarité pour redonner une dimension démocratique au système de gestion de la protection sociale et renforcer son financement ».

Le système de santé est en train de s’effondrer  et la population comme les professionnels en sont les victimes.

« Il faut remettre ce système à plat autour de deux principes : un service public dont le personnel est salarié sous le statut de la fonction publique hospitalière d’une part, une répartition de l’offre de soins sur le territoire de l’autre.

Pour cela, il est nécessaire que l’État joue son rôle en termes de planification et d’aménagement du territoire.

Depuis des années, avec la CGT, nous construisons des propositions : Centres de santé, salariat des médecins, Sécurité sociale intégrale… Les idées taxées hier d’utopiques font aujourd’hui partie du débat politique ».

 

Non à l’augmentation de l’électricité

Le prix de l’électricité va augmenter de 10% au 1er février en raison du retour de la taxe intérieure de consommation finale sur l’électricité, gelée dans le cadre du bouclier tarifaire. Après cette 3ème hausse, on arrivera  à 39 % d’augmentation en 1 an.

Les participants ont rappelé leur  attachement au service public de l’électricité et du gaz et la lutte pour un vrai service public et une meilleure tarification de ces deux énergies.

« Les syndiqués Cgt des IEG, se préoccupent des factures des usagers et formulent des propositions avec la FNME Cgt : l’idée est de faire connaître qu’il y a d’autres solutions pour des tarifs au juste prix, pour mettre fin au marché européen de l’énergie et de bâtir un véritable service public de l’énergie ! »

 

Les repères revendicatifs sont au coeur de l’activité des retraités :

  • Droit à une retraite décente.
  • Droit à une véritable santé et à la prise en charge de la perte d’autonomie.
  • Droit aux services publics.
  • Droit au logement et à l’énergie.
  • Droit aux loisirs.
  • Droit à la culture et à l’information.
  • Droit aux pratiques physiques et sportives.

 

Une journée avec un ordre du jour chargé qui a permis aux participants d’échanger, de débattre  et d’engranger de nombreuses informations.

 

J.L Pradines

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer