Autres journaux



mercredi 24 janvier 2024 à 17:04

Agriculture : FDSEA de Saône-et-Loire

Place aux actes ! 



Communiqué :

 

« Deux années seulement après la sortie de crise du Covid et l’accélération de la hausse des prix des énergies et des intrants depuis le début de la guerre en Ukraine, nos craintes d’un effet ciseau se matérialisent chaque jour un peu plus dans les comptes des exploitations. C’est particulièrement vrai en lait et céréales, avec des prix divisés par deux en maïs, de 320 à 160 €/t par exemple. Les trésoreries s’en trouvent dégradées. L’inflation elle se poursuit : coûts des services, intrants, GNR, électricité… nos charges de production restent à des niveaux élevés. Le prix de l’alimentation animale ne descend pas. La main-d’œuvre compétente est rare.

C’est pourquoi, à la FDSEA, nous ne cessons de réclamer – réunions après réunions, rencontres après rencontres avec les parlementaires, les membres du Gouvernement, les élus, les pouvoirs publics… – que soit utiliser, appliquer, respecter et contrôler les lois EGAlim 1 et 2, permettant aux producteurs de vendre sur la base de leurs vrais coûts de production pour une juste rémunération. C’est donc inacceptable d’entendre depuis des mois des politiciens et des distributeurs alimentaires appuyer sur la tête des agriculteurs qui devraient, selon eux, absorber seuls des baisses de prix, de rémunérations…

Est-ce là la récompense à nos efforts pour avoir nourri – comme toujours – les Français pendant la crise Covid ? Où est le réarmement pour la souveraineté alimentaire de la France ? Pas dans le discours présidentiel du 16 janvier où Emmanuel Macron à presque oublier d’en parler.

Le Président de la République s’est juste engagé à simplifier quelques normes et règles administratives. Bien trop vague lorsqu’on subit quotidiennement le rouleau compresseur de la surcharge administrative. Curer des fossés pour que l’eau s’écoule et n’inonde, entretenir les haies, faire des semis administratifs en pleine sécheresse… s’empilent, s’ajoutent, se contredisent. Mais aux agriculteurs de tout respecter même si nous hurlons notre peine de ne plus avoir le temps de bien faire notre métier premier : produire pour nourrir.

A tous les décideurs, faites confiance au bon sens paysan, à vos agriculteurs comme le font une large majorité de Français.

Il en va aussi du renouvellement des générations. Quel jeune voudrait passer sa vie dans la paperasse pour en plus ne pas gagner sa vie, ne pas avoir de vie personnelle et ne pas pouvoir faire correctement son métier du travail de la terre, du bien-être de ses animaux, du respect de l’environnement… ? Les jeunes générations n’acceptent et n’accepteront plus de tels sacrifices.

L’Etat n’est pas seul en cause. L’Europe, les Régions… sont aussi noyés dans leurs contradictions. La décroissance du Green Deal ne résiste pas à la réalité de la guerre en Ukraine. La Région Bourgogne-Franche-Comté nous inquiète par son incapacité à faire face aux compétences qu’elle-même avait réclamé. Les fonds Feader ne sont toujours pas débloqués et les dossiers les plus urgents ne sont toujours pas redescendus dans les départements.

A la FDSEA, nous continuerons de maintenir la pression à tous les échelons. Notre combat est juste : faire que nos générations et les suivantes puissent vivre de leur travail et prendre du plaisir à produire dans les règles de l’art, sans s’opposer à l’environnement mais en s’adaptant à lui. Ne laissons pas être importés des produits moins disant. Gardons notre gastronomie, nos AOC, nos paysages.

Le monde agricole a toujours su relever les défis, lever la tête, aller de l’avant, innover. Il mérite donc d’être soutenu, non par de belles paroles, mais par des actes. Alors, place aux actes ! »

 

Anton Andermatt, Secrétaire Général de la FDSEA de Saône-et-Loire

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer