Autres journaux :



lundi 20 janvier 2020 à 18:32

La défense des 3 salariés de Verallia Chalon injustement réprimés s’organise !

Une vingtaine de militants du Bassin Montcellien ont fait le déplacement





 

Ils sont près de 300 militants de la CGT, de la FSU et de Solidaires, des représentants des sites de Verallia France, de la fédération CGT Verre et Céramique venus soutenir les 3 syndicalistes de la CGT du site de Verallia Chalon menacés de licenciement. Une vingtaine de militants du Bassin Montcellien ont fait le déplacement. Le Comité Amiante Prévenir et Réparer (CAPER) était présent, il porte la lutte autour de la prévention et de la réparation des dégâts causés par l’amiante.

 

La CGT accuse la direction générale de Verallia France de vouloir licencier ces 3 salariés pour l’exemple, ils n’ont fait qu’accompagner le droit d’alerte décidé collectivement sur une question qui touche à la santé des salariés du site Chalonnais de Verallia mais aussi des habitations environnantes qui ont été impactées par la dispersion des matières emportées par le vent. Comme par hasard, la direction générale France a engagé ces jours-ci des mesures de sécurité préventives sur tous les sites Français.
Pour l’exemple, la direction de Verallia France entend mettre au pas tous les sites pour enrayer une éventuelle contagion de la lutte autour de cette bombe à retardement que constitue la présence d’amiante sur tous les sites. Les risques sanitaires encourus par les salariés et leur famille sont à craindre.

Le fonds d’investissement Américain Apollo dans sa quête du profit à tout va, dans une brutalité sociale sans précédent gouverne à l’aveugle pour réaliser le maximum de plus value sur le dos des salariés de Verallia.

A la sortie de l’entretien préalable, Christophe Bride au nom des salariés menacés de licenciements est revenu sur les 2 raisons pour lesquelles la direction a diligenté une mise à pied conservatoire en vue d’un éventuel licenciement : Avoir laissé entrer 2 journalistes de FR3 dans le local syndical CGT et la diffusion d’un tract CGT qu’elle considère comme diffamatoire. Elle reproche également la médiatisation de l’affaire. La Direction de Verallia Chalon s’éloigne de la réalité qui est incontestable. Elle entend ainsi détourner l’attention des salariés, des citoyens et des pouvoirs publics.

Les militants présents ont scandé : “on ne lâche rien !”

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer