Autres journaux :



mercredi 24 mars 2021 à 06:09

Manifestation de la CGT pour la convention collective de la métallurgie

Et soutien aux salariés d'Industeel



 



 

Ce mardi entre 10h et 14h, la CGT avait appelé à se réunir pour manifester contre des changements dans la convention collective de la métallurgie. Ce rassemblement devait être suivi par plusieurs appels à la grève partout dans la France et sur plusieurs sites du département notamment.

La CGT appelait à défendre les salariés du secteur, au maintien de l’emploi et au développement industriel.

Le syndicat s’oppose à une logique de recrutement sur des contrats liés à des commandes, donc à durée déterminée. Il s’oppose aussi à a remise en cause des salaires, rappelant qu’actuellement la convention collective de la métallurgie est la meilleure de France.

 

La CGT indiquait ce mardi matin être le seul syndicat à s’être positionné sur la question.

Il avait choisi ce jour de manifester devant le site d’Industeel, un choix symbolique, car le site est en vente. Il semblerait d’après les informations des syndicalistes présents que les acheteurs potentiels aient déjà été retenus par le groupe Arcelor Mittal, propriétaire actuel du site creusotin. Aucun information n’a été réalisée à destination des syndicats sur le sujet.

 

De nombreux sites industriels appelés à la grève

 

Au cours de cette journée de mardi, les salariés de nombreux sites ont été appelés à des mouvements de grèves de 2h minimum : à Industeel, Safran, Alstom, Thermodyn, Framatome Chalon, Amcor Chalon, Aparam Gueugnon.

D’après nos premiers retours, il semblerait que le mouvement ait été plutôt bien suivi au Creusot, avec de bons débrayages.

 

Le mouvement a été relayé par le comité départemental métallurgie de l’union départementale de la CGT. Il y avait de nombreux appels à la grève sur l’ensemble du département.

 

Ce matin au Creusot, la manifestation était encadrée par la présence de policiers.

 

Une prise de parole devant Industeel en matinée

 

Dans la matinée de mardi, J. Bauquier a pris la parole devant le site d’Industeel. Il dénonçait un « recul d’un siècle d’histoire sociale » imposé par l’UIMM.

« Or rien ne justifie un tel recul, qu’il soit industriel ou social dans un pays comme la France, qui est la 6e puissance mondiale, où la productivité du travail est la première au monde et qui est championne d’Europe de versement des dividendes : 200 milliards d’euros de dividendes versés aux actionnaires par an et une évasion fiscale de 60 à 80 milliards d’euros par an. » a-t-il ajouté.

 

Et de dénoncer une désindustrialisation, la suppression de milliers d’emplois et des actionnaires « gavés ». Il a poursuivi son discours en dénonçant aussi la délocalisation de nombreuses productions : masques, bouteilles d’oxygène, vaccins etc.

 

Au passage, le syndicat a aussi dénoncé le « quoi qu’il en coûte » du gouvernement et le plan de relance sans « aucune conditionnalité, ni contrepartie sociale ».

 

Et de poursuivre sur la nécessité de reconstruire l’industrie française, les services publics et « exiger une autre répartition des richesses créées par le travail ».

 

Et de conclure : « Si nous voulons que le jour d’après ne soit pas pire que le jour d’avant, alors il nous faut continuer à se mobiliser à partir des entreprises et des revendications des salariés, être force de propositions et lutter sans relâche pour élargir le rapport de force et imposer le monde d’après, empreint de justice, d’égalité, de liberté et de progrès social. ».

 

Reste à savoir le niveau de mobilisation sur l’ensemble de la France et le poids de cette mobilisation dans les négociations pour maintenir la convention collective de la métallurgie telle qu’elle existe à ce jour.

 

EM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




Un commentaire sur “Manifestation de la CGT pour la convention collective de la métallurgie”

  1. ether dit :

    C’est très claire, il faut se réapproprier tout cela et couper les têtes définitivement a cette hydre aristocratique arrogante qu’est l’UIMM.