Autres journaux :



mardi 4 mai 2021 à 05:05

Montceau : Union locale CGT

"Prolonger la dynamique du 1er Mai"





Communiqué :

 

Nous ne le répéterons jamais assez, le 1er-Mai c’est une journée qui unit internationalement les travailleurs et travailleuses avec leurs organisations syndicales. Le progrès des droits sociaux et des garanties collectives est conditionné à ce que tous les peuples puissent vivre en paix et disposent des libertés individuelles et collectives indispensables à leur développement.

En France, le 1er-Mai, journée internationale des travailleurs et travailleuses s’est déroulé, dans un climat de haine et de violences inacceptables contre le monde du travail qui ne nous a pas fait oublier que nous sommes toujours dans un contexte de crise sanitaire qui bouleverse la vie, le travail, les libertés individuelles et collectives des populations.

La persistance de la circulation des virus est rendue plus alarmante par l’insuffisance des moyens de notre système de santé publique, moyens matériels et humains particulièrement dans les services de réanimation mais aussi dans les établissements hospitaliers, médicaux sociaux ou encore dans les déserts médicaux.

 

Ce constat indéniable de difficultés d’accès aux soins trouve ses causes dans des choix budgétaires visant à faire toujours plus d’économies.

Cette crise sanitaire se double d’une crise économique et sociale très grave malgré les dispositifs mis en œuvre et malgré la solidité de notre système de protection sociale.

Pourtant, l’emploi et les salaires sont affectés et pourraient l’être durablement. L’incertitude quant au redémarrage de l’activité de nombreux secteurs, à l’arrêt ou au ralenti depuis des mois, avec des conséquences à plus long terme.

De trop nombreux plans sociaux, de restructurations injustifiées, de délocalisations d’activités avec leur cortège de suppressions d’emploi sont en cours. Beaucoup d’entreprises ont pourtant bénéficié d’aides publiques importantes sans aucune contrepartie.

La précarité et la pauvreté s’étend en particulier chez les jeunes et les salarié-es fragilisé-es par des contrats à durée déterminée. De plus en plus, émerge le sentiment d’une génération sacrifiée.

La réforme de l’assurance chômage, rejetée par toutes les organisations syndicales et qui n’a d’autre but que de faire de nouvelles économies, est poursuivie.

 

Elle pourrait pénaliser plus 1,7 millions de demandeurs d’emploi, parmi eux les plus précaires : contrats courts, temps partiels, intérimaires… et plus particulièrement les plus jeunes.

A partir du 1er juillet, les allocations chômage baisseront de façon très importante. Le salaire journalier de référence (SJR) diminuerait ainsi jusqu’à 43 %.
La CGT, appelle toutes les travailleuses et travailleurs à prolonger la dynamique du 1er Mai, partout en France, pour s’engager avec détermination pour l’emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés …

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer