Autres journaux :



lundi 17 janvier 2022 à 04:38

Montceau : Union locale CGT

"Le gouvernement fait le choix de tuer EDF !"





Communiqué  :

“La Fédération Nationale Mines-Énergie (FNME-CGT) a diffusé un communiqué qui alerte les salarié·es d’EDF et les usagers. Ce communiqué
reprend les propos hors-sol de la Ministre de l’Ecologie et de la Transition écologique faisant l’apologie du libéralisme dans cette phrase incroyable : «

Nous allons demander à EDF d’augmenter le volume d’électricité bon marché qu’ils vendent à leurs concurrents ».

C’est une nouvelle étape de la spoliation d’EDF au profit de la concurrence puisque désormais c’est 40% de la production nucléaire d’électricité qui doit être bradée – en solde permanente – à la concurrence ! Les salarié·es d’EDF apprécieront de travailler et produire 40% de l’électricité pour contribuer aux dividendes de leurs concurrents et implicitement tuer leur propre entreprise tout comme le service public de l’électricité. Ne cherchez pas ailleurs l’une des causes de l’explosion des factures imposée aux usagers !

EDF est maintenant un outil financier pour corriger les effets néfastes du système capitaliste devenu fou et jouant avec ce bien de première nécessité contre les citoyens. L’électricité demande une planification des investissements sur le long terme car les outils de production vieillissent.
Bruxelles refuse d’admettre que le marché est un échec, voir un danger, et que l’augmentation inéluctable des prix met à mal les objectifs de la nécessaire transition énergétique pour tous mais aussi des innovations indispensables à cette transition (production d’hydrogène par exemple).

Que ce soit pour les citoyens ou pour les industriels, ce système de fonctionne pas. La FNME-CGT rappelle que notre système basé sur une péréquation avait jusqu’en 2004 proposé un tarif qui jamais n’avait dépassé l’inflation. Les chèques Energie distribués aujourd’hui comme une aumône aux plus démuni·es servent en réalité à garantir un paiement aux fournisseurs. Personne n’a désormais les moyens de contrer les effets
néfastes dans ce cadre-là !

La FNME-CGT, porte dans son Programme Progressiste de l’Énergie, cette double exigence, la sortie du marché de l’électricité et le retour au monopole public par la nationalisation d’EDF – qui ne coûterait que 5 Md€ à l’Etat – ils doivent être imposés pour répondre aux besoins et à l’intérêt économique de tout le pays.

La FNME-CGT qui appelait déjà à une grève reconductible à compter de ce 25 janvier sur les salaires et les pensions des énergéticiens, déclare que ces annonces renforceront la colère des agents qui voient leur avenir s’assombrir. C’est une perte indéniable de leur sens au travail. Et pour les usagers, la mise en place d’une pompe à fric « légalisée » !

Le gouvernement, déjà bien acteur de la disette salariale, prendra les responsabilités de ses décisions de destruction du service public de l’énergie et assumera pleinement les impacts à court terme de la lutte des travailleur·ses et retraité·es qui ne laisseront jamais la Macronie
tuer EDF.

Les agents ont su repousser Hercule, ils sauront repousser Macron, Castex, Lemaire, Pompili et leur politique énergétique !”

 

 




Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer