Autres journaux



lundi 1 avril 2024 à 08:34

Montceau : Union locale CGT

""Les conflits sociaux ne se règlent jamais devant les tribunaux ""



Communiqué  :

« Le jeudi 28 mars, à Lille, rassemblement de soutien au Secrétaire Général de la CGT du Nord, poursuivi pour… un tract. Discours
prononcé par Sophie Binet Secrétaire Générale de la CGT. « Jean Paul a été interpellé chez lui au petit matin, menotté devant ses enfants comme un dangereux criminel puis emmené pour 6h de garde à vue. Pourquoi une telle démonstration de force, alors que Jean Paul est connu comme le loup blanc dans le département et que la CGT ne s’est jamais dérobée à aucune convocation ?
Pour un tract dans lequel la CGT disait une triste vérité : la violence entraine la violence. La violence de l’occupation imposée depuis 80 années au peuple palestinien entraîne, malheureusement, la violence. Et, comme ce fameux tract l’indiquait, la CGT pleure toutes les
victimes.

La position de la CGT est très claire depuis le début du conflit.

Nous ne confondons pas la résistance et le terrorisme.

La résistance, on connait, c’est ce que faisaient nos camarades des FTP MOI qui sont enfin rentré•es au Panthéon il y a quelques semaines. S’attaquer aux forces d’occupation, y compris par les armes. Mais jamais ils n’ont ciblé les civil•es de façon aveugle.

La CGT a donc immédiatement condamné les attaques du Hamas et leurs 1200 victimes civiles, appelé à un cessez-le-feu et à la libération des otages.

La CGT est historiquement engagée pour le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. C’est ce combat que nous avons porté pour l’autodétermination du peuple algérien et contre les guerres coloniales. C’est ce combat que nous menons avec nos camarades du syndicat palestinien de la PFGTU et du petit syndicat israélien, Koach La Ovdim, qui, courageusement, continue à porter
en Israël une voix pour la paix.

Car il n’y a pas de paix durable sans justice. Pour que les Israélien•nes puissent vivre en sécurité, il faut que les palestinien•nes disposent d’un État souverain, dans les frontières de 1967, conformément aux résolutions de l’ONU.

Pourquoi alors ce procès ? Pourquoi imposer à notre système judiciaire totalement engorgé d’organiser un procès pour un tract alors que les moyens manquent cruellement pour poursuivre les auteurs de violences conjugales, les narco traficants ou les délinquants fiscaux ?
Parce qu’il s’agit d’une opération de diversion !

« Quand le sage montre la lune, l’idiot regarde le doigt » – Ce proverbe résume très bien la situation. Ce faux débat est entretenu pour discréditer par avance les voix pour la paix, tous les soutiens aux palestinien•nes.

Celui qui devrait être poursuivi aujourd’hui c’est Benjamin Netteyahou. Ce Premier ministre d’extrême droite qui a déjà assassiné plus de 35 000 civil•es et fait plus de 70 000 blessé•es. Ce Premier ministre qui affame et traite comme des animaux humains 2 millions de gazaouis. Ce Premier ministre qui empêche aide humanitaire d’entrer dans l’enclave et laisse 2 millions de civil•es mourir de faim et de maladie. Ce Premier ministre qui bombarde les hôpitaux et piétine les principes fondamentaux du droit international.

Ce massacre se produit sous nos yeux. Et grâce à l’Afrique du Sud et à la cour de justice internationale de l’ONU, on peut maintenant nommer les choses : il s’agit d’un génocide.

Il s’agit d’un génocide et dans un océan de lâcheté et d’hypocrisie, les dirigeant•es occidentaux, France et Etats Unis en tête, refusent de sanctionner Israël et continuent même de lui livrer des armes. Ceux qui devraient être poursuivis c’est donc tous ceux qui permettent à Benyamin Netteyahou de continuer son massacre en toute impunité.

Ce procès politique permet donc, opportunément, de faire diversion !

J’en appelle donc à la responsabilité de la justice !

Face aux dérives autoritaires de notre gouvernement, vous êtes les garants de notre État de droit.

C’est vous qui avez rétabli la liberté de manifester alors que le gouvernement avait interdit les manifestations de soutien aux palestiniens.

C’est vous qui avez interdit la dissolution d’organisations qualifiées d’ « écoterroristes » par le gouvernement.
Car oui, le terrorisme, c’est grave et on ne doit jamais l’amalgamer avec des luttes sociales ou environnementales.

Les conflits sociaux ne se règlent jamais devant les tribunaux. Les débats politiques ne se tranchent pas dans les prétoires.
Jean Paul n’est pas un terroriste !

Nous sommes ici, de toutes les professions, de tout le pays pour dire que quand on touche à un•e militant•e de la CGT c’est à toute la CGT qu’on s’attaque et qu’on ne laissera pas faire ! « »

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer