Autres journaux



jeudi 25 avril 2024 à 10:50

Retraités CGT multiPro du Bassin Montcellien

"l’Union Syndicale des Retraité·es CGT de S&L s’adresse aux Député·es et Sénateur·trices du département"



 

Communiqué :

« « Mesdames, Messieurs,

L’Union Syndicale des Retraité.es Cgt de Saône et Loire qui compte 1000 adhérent.es s’adresse à vous, les élu·es de la République de notre département au sujet de l’accès aux soins. Vous n’êtes pas sans connaître les difficultés que rencontrent vos administré·es au quotidien pour accéder à des soins dignes du 21° siècle.

Manque de médecin généralistes, manque de spécialistes, ce qui conduit à des déplacements dans et hors département pour se soigner. À cela s’ajoute des dépassements d’honoraires exorbitants et scandaleux.

Nos hôpitaux publics ne répondent plus depuis bien longtemps à l’attente de chacune et chacun. Se soigner revient à emprunter le parcours du combattant. Le gouvernement n’a même pas souhaité attribuer un ministère dédié spécifiquement à la santé ! Une honte.

Toute la population est touchée, des plus jeunes aux plus âgé·es. Mais bien entendu la population des séniors est plus particulièrement concernée car leurs besoins en santé sont plus importants. La santé se monnaie et nous assistons en direct à sa marchandisation.

Des communes promettent des primes d’installation aux médecins qui sont de toute façon en nombre insuffisant. On habille Paul en déshabillant Pierre aux frais du contribuable, donc des patients. Comme si le manque de médecins, les dépassements d’honoraires ne suffisaient pas, à cela s’ajoutent les frais de déplacements, l’augmentation sans fin des complémentaires santé, l’augmentation des franchises (médicaments, consultations, transports…) et voilà maintenant que nous allons devoir mettre la main à la poche via nos impôts locaux. Où va-t-on ?

L’hôpital public est délaissé au profit du secteur privé. La psychiatrie est dans un état d’abandon dramatique. La médecine scolaire tout comme la médecine du travail sont dans le collimateur de nos dirigeants. Vous qui faites et défaites les lois, qu’en pensez-vous ? La réponse qui est avancée au quotidien aux françaises et français du manque de moyens n’est pas recevable.

Quid des 73,6 milliards (en 2022) d’exonérations aux cotisations de sécurité sociale dues aux URSSAF par les employeurs sans aucune contrepartie ? Quid des 97 milliards de dividendes versés aux actionnaires du CAC 40 en 2023 ? Un niveau record. Qui produit ces richesses ?

Ce sont les plus fragiles, les malades, les chômeurs, les bas salaires, les femmes qui subissent les temps partiels qui trinquent alors que d’autres se vautrent dans des profits qui donnent le vertige. La France a bien trouvé les moyens de voter une loi de programmation militaire (2024-2030) de 413 milliards. Non seulement ce sont les contribuables qui vont la payer, mais elle va en même temps enrichir, et le mot est faible, les marchands de canons.

Non, vraiment non, la musique du manque de moyens n’est pas entendable.

Alors, oui nous avons des propositions :

✦ Voter de toute urgence une loi de programmation de la santé ;
✦ Mettre en œuvre une sécurité sociale qui rembourse intégralement ;
✦ Engager les moyens nécessaires pour rendre attractifs les métiers du soin : salaires, déroulement de carrière… ;
✦ Former des médecins, c’est long, d’où l’urgence. Encore faudrait-il une démocratisation de la formation la rendant accessible à toutes les catégories sociales ;
✦ Mettre en place un conventionnement sélectif territorial pour tenir compte des inégalités de densité médicale (Zones sous dotées et sur-dotées) ;
✦ Mettre en place une obligation d’installation de 5 ans dans les territoires sous dotés puis choix d’installation comme pour de nombreux professionnels (pharmaciens, Infirmières , Kiné, dentistes…) ;
✦ Créer des emplois dans les hôpitaux, dans les Ehpad ;
✦ Mettre fin aux dépassements d’honoraires et aux suppléments d’honoraires illégaux facturés au patient pour une consultation chez le médecin généraliste : 30€ au lieu des 26,50€ ;
✦ Equiper nos hôpitaux sur tous les territoires afin qu’ils puissent répondre aux besoins quotidiens des populations ;
✦ Mettre fin à la Tarification à l’Activité (T2A).

Nous souhaiterions connaître votre analyse sur la situation actuelle et votre positionnement sur nos propositions. Si vous partagez tout ou en partie nos propositions, vous pourriez les porter à l’occasion du débat sur le Projet de Loi de Financement de Sécurité Sociale (PLFSS) 2025.

Dans l’attente de vous lire, recevez nos salutations citoyennes. »

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer