Autres journaux :



mercredi 1 décembre 2021 à 04:08

Gourdon : bientôt un nouveau poulailler de 25 000 poules pondeuses

Une solution pour maintenir des revenus décents pour les agriculteurs



 



 

Depuis plusieurs années, on remarque l’installation ou les projets d’installation de poulaillers dans le paysage communautaire. Si le dossier du poulailler de Charmoy avait créé une certaine inquiétude du fait de sa proximité avec le lac de la Sorme, celui du poulailler de Gourdon a accueilli un aval bienveillant et favorable du maire de la commune M. Répy.

Pour rappel sur le projet de Charmoy, voir : https://montceau-news.com/agriculture/638863-conference-de-presse-sur-le-projet-de-poulailler-industriel-a-charmoy.html

 

Le bâtiment qui accueillera 25 000 poules pondeuses est installé sur une parcelle de terrain appartenant au GAEC des Grands Prés, un GAEC ayant notamment développé son activité plutôt en direction des bovins. Or ces dernières années, l’élevage de bovins rémunère de moins en moins. Le GAEC qui comprend à présent quatre personnes (le père, son épouse et ses deux enfants) est un GAEC familial.
L’objectif du projet coûteux est donc bien selon le responsable du GAEC de permettre de vivre décemment alors même que ce sont eux qui nourrissent la France.

 

C’est d’ailleurs l’avis du maire de la commune qui ne mâche pas ses mots : « Ce n’est pas pire que quelqu’un qui construit un bâtiment pour accueillir des vaches. Et puis ces poules sortiront en journée. » a-t-il déclaré.

 

Avant de poursuivre : « Et puis autant que les œufs soient faits ici plutôt qu’à l’étranger. Cela ne va pas défigurer le paysage plus qu’une stabulation. Aujourd’hui on ne peut pas s’installer avec 15 poules. Il faut que ce soit rentable. Le permis a été accordé. »

 

Des agriculteurs de moins en moins nombreux et des vocations à encourager

 

En outre, M. Répy a rappelé que les agriculteurs sont de moins en moins nombreux sur des exploitations de tailles de plus en plus importantes.

Et de commenter : « Quand on a qu’une ferme de bovins, s’il y a des problèmes sur la filière, on est mal ».

Le bâtiment qui accueillera les poules est à présent construit. D’une surface de 2000 m², il est entouré d’un terrain de 10 hectares pour accueillir 25 000 poules pondeuses. Le début de l’exploitation se fera en mai 2022, permettant ainsi l’installation d’un jeune agriculteur au sein du GAEC.

Le responsable du GAEC a expliqué que l’installation du poulailler est un choix permettant de sécuriser les rentrées financières au sein du GAEC. Il ajoute : « A un moment donné, il faut se nourrir ».

En outre, l’activité installée en conventionnel se fera en plein air, puisque l’élevage en cage en France est interdit depuis plusieurs années.

Enfin, cette nouvelle activité au sein du GAEC est l’occasion d’installer des jeunes et ainsi rajeunir la pyramide des âges chez les exploitants agricoles, comme l’a fait remarqué le responsable du GAEC. Il a rappelé à l’issue de notre entretien et concernant le matériel nécessaire à l’exploitation agricole : « Tout est cher et nos produits ne sont pas valorisés à la hauteur de ce qu’ils devraient être ». Une manière de faire comprendre encore une fois que les agriculteurs souhaiteraient voir revaloriser leurs ressources. Cela passe notamment pour une diversification des activités afin de pouvoir pondérer les fluctuations de certains marchés.

 

Et pour les élus locaux, c’est aussi la possibilité de consommer local et d’avoir un meilleur contrôle sur les conditions de production de ces produits que chacun trouve dans son assiette.

 

EM

 

 

 

 



Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour publier un commentaire.


» Se connecter / S'enregistrer




7 commentaires sur “Gourdon : bientôt un nouveau poulailler de 25 000 poules pondeuses”

  1. Houria dit :

    En voililà une belle initiative écolo ! Pourvu que le loup viennent les bouffer !

    • Gerard13 dit :

      Article très intéressant même si je trouve que les acteurs sont sur le mode « je m’excuse d’avoir fait ça ».
      Pour nourrir 65 millions d’habitants il faut ce type d’exploitation et je préfère les avoir en France plutôt que d’importer des œufs de pays ou les contrôles sanitaires sont nuls . Je souhaite à cette famille qui ose entreprendre tout le succes possible .

  2. tintin71 dit :

    Bonjour,
    25.000 poules ! Et bien, en tout cas, cela ne va pas me donner envie de manger les oeufs de cette ferme, je ne sais pas si monsieur le maire en mangera, mais goûtez des oeufs d’une personne qui n’a que 20 poules et vous verrez et apprécierez la différence.
    En plus en liberté ! 25.000 poules ! je ne dois pas savoir ce que veut dire liberté ?

  3. Coco710501 dit :

    Bonjour,
    Ben voyons 25 000 poules entassées comme des sardines. Honte à vous. Et après ça va vendre des œufs sur le marcher à un prix de dingue pourquoi essayer avec des humains qui abandonne les animaux. Désolé je dis ce que je pense nous sommes en démocratie et si cela plaît pas c’est pareil..

  4. citoyen du monde dit :

    Bonsoir, je ne suis pas concerné, je suis végane.

  5. gilbert71 dit :

    pourquoi pas bonne réussite a cette famille